Le Tour de Belgique se renouvelle

 

Organisé de 1948 à 1974, le « Tour de Belgique « est devenu un incontournable des épreuves routières en Belgique. Ressuscité en 2012 par DG Sport, l’épreuve est restée centrée sur ses trois points d’ancrage principaux : endurance, régularité et vitesse.

Depuis 2012, l’épreuve a grandi et conquis de plus en plus de participants et de spectateurs. Nouveauté cette année avec le déplacement de l’épreuve, habituellement organisée en novembre, au mois de mai 2019. A cette période, les journées sont plus longues et la météo plus clémente. Autant dire que l’accent sera mis sur la convivialité.

Désormais tracé par le très expérimenté Alain Lopes, avec Georges Van Oosten à la direction de course, le parcours sera totalement inédit. Le Tour de Belgique se déroulera du vendredi 24 au dimanche 26 mai. Le parcours empruntera des routes du nord, du centre et du sud du pays. 

« En Belgique, il n’est pas possible de tracer un parcours pour les purs et durs. Et ce n’est pas notre philosophie. Nous voulons mettre sur pied une épreuve plus « soft » où tout le monde pourra prendre du plaisir. Mais rassurez-vous, ce seront toujours les meilleurs qui émergeront. En limitant la participation aux voitures d’avant 1973, nous voulons également remettre en avant des voitures plus originales et plus « classiques », qui ont participé aux éditions originelles du Tour de Belgique. Avec des moyennes différenciées selon les cylindrées, tout le monde aura sa chance.»

Autre nouveauté donc, l’accent mis sur le côté historique : l’édition 2019 est réservée aux voitures d’avant 1973, réparties selon leur cylindrée.

«Nous avons voulu repartir d’une feuille blanche, souligne Christian Jupsin, CEO de DG Sport, avec plus de convivialité, un vrai retour à la régularité (50 km/h), plus de voitures anciennes et un parcours qui fera honneur au nom « Tour de Belgique » car nous proposerons une boucle complète de notre pays… mais sur deux années. L’édition 2019 constituera le premier volet de ce périple.»

Rendez-vous au printemps prochain pour découvrir de nouvelles routes, sans doute plus propres, des nouvelles villes-étapes et retrouver un véritable esprit de convivialité qui doit caractériser les épreuves de régularité.